Actualités

Au mois de janvier 2013, la commission parlementaire du développement régional s’est réunie les 23 et 24 janvier.  A l’occasion de cette première commission de l’année, les Députés européens ont entendu le Ministre irlandais des dépenses publiques et des réformes et Président en exercice du Conseil sur les priorités de la présidence irlandaise. En effet, en cette période de négociation sur les instruments financiers des politiques européennes et notamment de la politique régionale, il était important pour les Parlementaires d’entendre comment seront poursuivies les négociations interinstitutionnelles. Pour Maurice PONGA, il s’agira de s’assurer que le traitement applicable aux régions ultrapériphériques est flexible et adapté aux besoins spécifiques de ces dernières. Les négociations sur tous ces instruments demeurent toutefois en suspens faute d’accord sur le cadre financier pluriannuel.

Les membres de la commission parlementaire du développement se sont réunis les 21 et 22 janvier à Bruxelles. A l’ordre du jour de cette commission, plusieurs votes dont celui de l’avis de Maurice PONGA intitulé “Une stratégie globale de l’Union en matière de pêche dans la région Pacifique”, qui a été adopté à l’unanimité. En outre, les discussions ont porté sur le 11ème FED et la révision de la décision d’association d’Outre-mer. Sur ces deux dossiers, le Député européen Maurice PONGA a été désigné rapporteur pour le PPE. Concernant le 11ème FED, le Député européen a appelé à une budgétisation du FED afin de renforcer le contrôle démocratique ainsi qu’à la création d’un instrument financier ad hoc pour les PTOM. Sur la décision d’association d’outre-mer si Maurice PONGA a remercié la Commission européenne pour sa proposition législative, il a indiqué qu’il souhaitait amender le texte sur plusieurs points afin notamment de renforcer les pouvoirs du Parlement européen, de prévoir des dispositions en matière de libre circulation des travailleurs et d’assurer plus de flexibilité pour les PTOM. 

Pour sa première session plénière de l’année 2013, le Parlement européen s’est réuni du 14 au 17 janvier à Strasbourg. Les Parlementaires européens se sont entretenus sur plusieurs sujets tels que l’avenir de la politique de cohésion et le Fonds de solidarité de l’Union. A cette occasion, le Député européen Maurice PONGA a souhaité rappeler  l’importance d’avoir une politique régionale ambitieuse pour l’Union qui respecte et protège les régions les plus pauvres parmi lesquelles on compte les Départements français d’outre-mer. Durant cette session, Chypre qui avait la présidence du Conseil de l’Union européenne jusqu’au 1er janvier, est venu présenter son bilan devant le Parlement européen. Pour Maurice PONGA, il est important que le Conseil travaille en étroite collaboration avec le Parlement européen pour que les dossiers avancent et reflètent les différentes positions des institutions.

Jeudi 17 janvier, le Député européen Maurice PONGA est intervenu au colloque organisé par la Délégation sénatoriale Outre-mer intitulé “La France dans le Pacifique : quelle vision au 21ème siècle ?”. Parmi plusieurs personnalités tels que l’ancien Premier Ministre Michel ROCARD, les Ambassadeurs d’Australie et de Nouvelle-Zélande, le Député européen Maurice PONGA est intervenu pour rappeler l’importance du rôle des Pays et territoires d’outre-mer français dans le Pacifique grâce à leur appartenance européenne. “Faire que les PTOM soient des têtes de pont de l’Union – c’est un défi et une nécessité que ces derniers doivent relever, j’en suis convaincu” a souligné le Député européen Maurice PONGA.

Depuis le début de son mandat, Maurice PONGA défend l’idée selon laquelle les PTOM méritent d’être mieux connus au sein de la famille européenne et la relation UE-PTOM, mieux valorisée. En effet, grâce à ses PTOM, l’Europe bénéficie d’un positionnement géostratégique de choix dans cette région d’avenir qu’est le Pacifique. “L’Union se doit donc de valoriser au mieux les atouts de ses PTOM. C’est une relation gagnant – gagnant” a conclu le Député calédonien.

Le Député européen Maurice PONGA  a accueilli mardi 4 décembre un groupe de l’association des Femmes en Mouvement du Rassemblement – UMP de Nouvelle-Calédonie.

Le Député européen calédonien a souhaité inviter ces Femmes en Mouvement afin de mieux leur faire connaître son travail au Parlement européen et le fonctionnement des institutions européennes. En effet, si les calédoniens et les calédoniennes sont des citoyens européens, leur éloignement géographique et leur statut de Pays et territoires d’outre-mer, font que les liens avec l’Union européenne sont parfois distendus. Or, pour le Député européen  Maurice PONGA, il est important de renforcer les liens entre le Pacifique et l’Union européenne et la Nouvelle-Calédonie a une place privilégiée et un rôle majeur à jouer dans la promotion et la diffusion des valeurs européennes dans le Pacifique. Il a ainsi rappelé l’importance pour chacune de ces citoyennes d’être des ambassadrices de l’Europe dans le Pacifique.

Les membres de la commission parlementaire du développement se sont réunis à Bruxelles le 5 novembre. A l’ordre du jour, des discussions nombreuses sur le projet de corps européen volontaire d’aide humanitaire, la responsabilité sociale des entreprises, la promotion du développement par le commerce  ou encore l’impact de la crise financière puis économique sur les droits de l’homme. Egalement à l’ordre du jour, la conclusion d’un protocole de pêche entre l’Union européenne et la Guinée Bissau. Le Député européen Maurice PONGA responsable pour le groupe PPE sur le sujet est intervenu pour  indiquer qu’au nom de la cohérence des politiques, il était préférable d’attendre que des élections libres et transparentes aient lieu et que la Guinée Bissau dispose d’un gouvernement élu et choisi par son peuple avant tout ratification du protocole de pêche. Sa proposition a été reprise par les membres de la Commission du développement. Cette réunion a également été l’occasion pour les Parlementaires d’adopter trois rapports sur l’efficacité de l’aide, sur le rapport annuel en matière de droits de l’homme et sur la stratégie dans la Corne de l’Afrique.