Actualités

Les Députés se sont réunis à Strasbourg du 7 au 10 mars en séance plénière.

A l’ordre du jour de cette session, un débat prioritaire afin d’échanger sur le Conseil européen des 17 et 18 mars 2016 et des résultats du sommet UE-Turquie, après avoir entendu le discours de Filippo GRANDI, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés.

Durant cette session, les parlementaires ont également adopté plus de 25 résolutions, dont deux résolutions politiques condamnant les violations aux droits de l’homme et les atteintes aux principes démocratiques et à la bonne gouvernance en République Démocratique du Congo et en Erythrée. Deux résolutions, soutenues par le 1er Vice-Président de la Commission du développement, M. PONGA, ont été adoptées à une très large majorité.

Le Député européen Maurice PONGA a reçu une délégation du Sénat coutumier le lundi 15 février à Bruxelles.

Cette visite a permis aux Sénateurs coutumiers de mieux comprendre le fonctionnement de l’Union européenne et les relations qu’elle entretient avec la Nouvelle-Calédonie, qui est associée à cette dernière en tant que Pays et territoires d’outre-mer (PTOM). Le Député européen du Pacifique a pu présenter son travail au sein de la commission parlementaire du développement – dont il est le Premier Vice-Président –  et qui est responsable au sein du Parlement européen des dossiers relatifs aux PTOM.  M. PONGA a également expliqué les enjeux à venir pour la Nouvelle-Calédonie et notamment les discussions en cours sur les futures relations entre l’Union européenne et les PTOM dans le cadre de la réflexion Post Cotonou.

Le Député européen Maurice PONGA  a présidé jeudi 18 février les travaux de la commission parlementaire du développement du Parlement européen.
À l’ordre du jour de cette commission, la présentation du rapport préliminaire de la Commission européenne sur l’Année européenne pour le développement . Pour rappel, l’année 2015 a été déclarée Année européenne pour le développement avec pour objectif d’informer les citoyens européens sur les actions menées par l’Union européenne en matière de coopération au développement, de favoriser la participation directe des citoyens de l’Union et de tous les acteurs du développement et de la coopération et enfin d’encourager la solidarité internationale des européens. 

Suite à la mobilisation du Député Maurice PONGA, la France avait axé ses actions dans le cadre de cette Année européenne pour le développement autour de trois thématiques  : la jeunesse comme acteur du développement, les PTOM en tant qu’acteurs clés et bénéficiaires du développement et le changement climatique.  Il était important pour le Député ultramarin que la France valorise le rôle de ses PTOM dans le cadre de la politique de coopération au développement. En effet, pour Maurice PONGA, les PTOM doivent être des postes avancés de l’Union européenne dans leur région respective afin de promouvoir et défendre les valeurs européennes.

Cette commission a également été l’occasion d’échanger entre les Députés européens et divers experts dans le cadre d’une  table ronde organisée sur la lutte contre les causes profondes de la migration originaire des pays en développement.

 

Les membres de la commission parlementaire du développement régional se sont réunis à Bruxelles les 15 et 16 février.

A l’ordre du jour de cette réunion, des discussions sur la Stratégie de l’Union européenne pour la région alpine ou encore sur la mise en œuvre de l’objectif thématique “renforcement de la compétitivité des PME” et sur la politique de cohésion et les stratégies de recherche et d’innovation pour la spécialisation intelligente (RIS3).

Les parlementaires ont également voté un rapport sur les nouveaux outils de développement territorial dans le cadre de la politique de cohésion 2014- 2020 ainsi que trois avis : sur la décharge 2014, sur le semestre européen pour la coordination des politiques économiques : examen annuel de croissance 2016 et sur la situation en Méditerranée et la nécessité d’une approche globale de l’Union européenne sur la question des migrations.

 

Les Députés européens se sont réunis du 1er au 4 février à Strasbourg pour la session plénière du Parlement européen. Durant cette session plénière, les Députés ont notamment débattu avec la Commission européenne et le Conseil sur la préparation de la réunion du Conseil européen prévu les 18 et 19 février prochain. En outre, le Président de l’Estonie, M. Toomas Hendrik ILVES, ainsi que le Président du Nigéria, M. Muhamadu BUHARI, sont intervenus lors de séances solennelles.

Les Parlementaires européens ont voté de nombreux textes durant cette session, dont une résolution sur l’examen à mi-parcours de la stratégie de l’Union européenne en faveur de la biodiversité. Le Député ultramarin Maurice PONGA avait déposé plusieurs amendements sur cette résolution afin d’appeler à la mise en place d’instrument particulier pour l’outre-mer eu égard la richesse de sa biodiversité. Ces amendements ont été adoptés et dans sa résolution, le Parlement appelle la Commission à mettre en place un mécanisme durable de financement de la protection de la biodiversité dans les régions ultrapériphériques et les pays et territoires d’outre-mer, dans la foulée de l’action préparatoire BEST.

 

Les Députés européens se sont réunis à deux reprises en session plénière durant le mois d’avril. Tout d’abord à Strasbourg du 18 au 21 mai, puis à Bruxelles, pour une micro session, le 27 mai.

À l’ordre du jour de la session plénière de Strasbourg deux votes importants sur un mécanisme européen d’auto certification des importateurs de certains minerais et métaux originaires de zones de conflit ou à haut risque – le règlement dit « minerais de conflit » et une résolution politique sur le financement du développement. Le premier rapport qui a été adopté par les Parlementaires européens devrait permettre de renforcer les obligations des acteurs européens afin d’éviter que les minerais originaires de zone de conflit n’alimentent les forces rebelles locales. La seconde résolution, qui a été votée à une très large majorité par le Parlement, rappelle quant à elle les priorités européennes pour la prochaine conférence internationale qui se tiendra à Addis Abeba en juillet sur les financements pour le monde en développement. Cette réunion de haut niveau d’Addis Abeba devrait aboutir à des engagements concrets des pays donateurs pour contribuer à éradiquer la pauvreté dans le monde et réaliser les nouveaux objectifs de développement durable.