Actualités

Du 23 au 26 mars, le Député européen Maurice PONGA s’est rendu à Dakar au Sénégal pour observer le second tour des élections présidentielles.

Cette élection qui opposait le Président sortant M. WADE à M. SALL s’est déroulée dans de bonnes conditions, selon Maurice PONGA. L’annonce des résultats n’a suscité ni tension, ni contestation. “Le peuple sénégalais a fait preuve de courage en jouant le jeu de la démocratie. Je le félicite pour son comportement et sa sagesse. Cela doit servir d’exemple ” a déclaré le Député européen à son retour au Parlement européen.

Durant sa mission, le Député Maurice PONGA et la délégation du Parlement européen ont rencontré le nouveau Président sénégalais, M. SALL. Les échanges ont été très intéressants et les relations entre l’Union européenne, et les parlementaires européens notamment,  et le Sénégal s’en sont trouvées enrichies.

La commission parlementaire du Développement s’est réunie à Bruxelles le mardi 27 mars 2012. Lors de ses travaux, la commission a voté à l’unanimité les deux avis de M. PONGA sur “la dimension extérieure de la politique de la pêche” et celui sur “certaines mesures relatives aux pays autorisant une pêche non-durable”. Les Députés ont également voté un avis sur l’accord de partenariat dans le secteur de la pêche entre l’Union européenne et la République du Mozambique” pour lequel Maurice PONGA était rapporteur fictif pour le groupe PPE.

Le Parlement européen s’est réuni à deux reprises au mois de mars : du 12 au 15 mars à Strasbourg puis du 28 au 29 mars à Bruxelles.

Lors de la session plénière à Strasbourg,  les débats ont notamment porté sur les conclusions du Conseil européen des 1er et 2 mars. Les Députés se sont ainsi entretenus avec le Président du Conseil européen Herman Van Rompuy, nouvellement réélu, sur la mise en œuvre de la stratégie économique de l’UE visant à poursuivre l’assainissement budgétaire  tout en stimulant  la croissance et l’emploi en Europe.

La session plénière qui s’est tenue à Bruxelles du 28 au 29 mars a, quant à elle, été l’occasion pour les Députés d’échanger sur les droits des citoyens de l’Union européenne. Pour le Député européen Maurice PONGA, ce rapport mérite d’être souligné car les ultramarins  même s’ils vivent à des milliers de kilomètres du continent européen sont des citoyens européens à part entière.

Les agriculteurs et maraîchers de la Province Sud en visite en Europe 

 Le jeudi 1er mars 2012, suite à l’invitation du Député européen Maurice PONGA, un groupe de vingt calédoniens, composé majoritairement d’agriculteurs et de maraîchers de la Province Sud,  a fait le déplacement depuis la Nouvelle-Calédonie pour rencontrer leur Député au Parlement européen de Bruxelles.

Cette visite a été l’occasion pour les agriculteurs calédoniens de découvrir cette institution démocratique qu’est le Parlement européen, son fonctionnement, son rôle et également le travail quotidien d’un parlementaire européen.

En marge de cette visite, plusieurs autres visites ont été organisées par la Province Sud en France, dont celles du Salon international de l’agriculture.

Des visites du Parlement européen sont organisées chaque année par le Député européen Maurice PONGA, afin de rapprocher l’outre-mer de l’Europe. Depuis le début de son mandat plus de deux cents ultramarins ont été invités par Maurice PONGA à Bruxelles et Strasbourg.

La commission parlementaire du Développement s’est réunie à Bruxelles les 9 et 29 février.

Le 9 février, le Député européen Maurice PONGA a présenté à ses collègues son projet d’avis relatif à la dimension extérieure de la politique de la pêche. En tant que rapporteur, Maurice PONGA a souhaité souligner dans son avis 4 points principaux : 

  • la nécessité pour l’Union européenne d’avoir une approche régionale avec les pays en développement en matière de pêche. En effet, eu égard la dimension transfrontalière de l’activité de pêche et le caractère migratoire de certaines espèces, il était nécessaire selon le Député européen que l’Union européenne développe une approche régionale de conservation et d’exploitation de la pêche,
  • l’exigence de cohérence des politiques de l’Union européenne avec les objectifs du développement et le fait que la Commission européenne ait bien pris en compte cette cohérence en proposant de mettre en place un nouveau type d’accord de pêche  : les accords de pêche durables,
  • l’importance que l’enveloppe pour l’appui sectoriel renforce les objectifs de coopération au développement de l’Union,
  • la nécessité d’impliquer la société civile et les communautés locales dans les discussions relatives aux accords de pêche.

L’avis de M. PONGA sera voté en commission parlementaire le 27 mars.

Lors de la commission du 29 février, le Député européen Maurice PONGA a échangé avec ses collègues sur les liens existants entre politique étrangère et politique de développement en présence de la Haute représentante  et Vice présidente de la Commission européenne – Mme Catherine ASHTON. Pour le Député européen Maurice PONGA il était important que Mme ASHTON vienne discuter avec les Parlementaires pour s’assurer que les différentes politiques extérieures de l’Union européenne se complètent et soient cohérentes.

 

 

 

Durant le mois de février, les Parlementaires européens se sont réunis à deux reprises pour voter des textes législatifs et des résolutions politiques.

Lors de la première session qui s’est tenue à Bruxelles les 1er et 2 février, le Député européen Maurice PONGA a été particulièrement attentif à la résolution intitulée ” Coopération au développement de l’Union européenne en vue de l’objectif de l’accès universel à l’énergie d’ici 2030″.  En tant que membre de la commission parlementaire du Développement, M. PONGA avait déposé un amendement rappelant que les Pays en développement devaient pouvoir utiliser toutes les sources d’énergie existantes, y compris le nucléaire. En effet pour le Député européen sans un accès à l’énergie, il n’y a pas de développement durable possible.

La deuxième session s’est quant à elle déroulée du 13 au 16 février à Strasbourg. Cette session a été notamment  dominée par l’approbation par le Parlement européen de l’accord de libres échanges entre l’Union européenne et le Maroc pour les produits agricoles et issus de la pêche.